En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Juan de Arellano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Santorcaz, prov. de Madrid, 1614  –Madrid 1676).

Élève du Madrilène Juan de Solis, peu doué pour les sujets de composition, il se spécialisa dans la peinture de fleurs, dont il devint en Espagne le maître incontesté. Ses premières œuvres dénotent une influence flamande (Fleurs et paysage, 1652, Prado), mais, par la suite, il s'inspira des Italiens, notamment de Mario Nuzzi ou de Margarita Caffi, dont il atteint fréquemment la maîtrise : Corbeille de fleurs (musée de Besançon). Certaines de ses compositions florales peuvent avoir une signification allégorique, la vanité de la beauté, telle cette corbeille aux fleurs épanouies qui se reflète dans un miroir (musée de la Coruña). Arellano forma plusieurs disciples : José, son fils (actif entre 1670 et 1705) et Bartolomé Pérez, son gendre (Madrid 1634 –id. 1693).