En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

José Aparicio y Inglada

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Alicante 1770  – Madrid 1838).

Élève de l'Académie San Carlos de Valence puis de San Fernando à Madrid, il obtint du roi d'Espagne une pension pour aller, en 1799, travailler à Paris dans l'atelier de David. Athalie (1804, Madrid, Acad. San Fernando) puis l'Épidémie d'Espagne (Paris, Bibliothèque de l'Académie Nationale de Médecine), qui choqua tellement par son thème macabre les visiteurs de l'Exposition de 1806, montrent l'influence de David dans la composition, la gestuelle et le coloris. Comme J. de Madrazo, il quitta Paris pour Rome pendant que les troupes napoléoniennes envahissaient l'Espagne. Rentré en 1814, il devint peintre de chambre de Ferdinand VII en 1815 puis directeur de l'Académie. Ses œuvres tardives (Socrate instruisant un jeune poète, musée de Castres, ou La Faim à Madrid, Madrid, Musée municipal) rappellent les principes de David mais laissent apparaître un violent réalisme, fort éloigné des préceptes du néo-classicisme.