En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Ancher

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres danois.

Anna, née Brøndum (Skagen 1859  – id. 1935). Née dans le village de pêcheurs de Skagen, au nord du Jütland, elle est la fille du propriétaire de l'auberge dans laquelle se réunit l'été, à partir des années 1870, une colonie d'artistes. Elle se forme, entre 1875 et 1878, à Copenhague, à l'Académie de dessin pour les femmes, dirigée par le peintre paysagiste Vilhelm Kyhn. Ses contacts avec les peintres de Skagen, notamment Michael Ancher, qui fréquente le village dès 1874, et Christian Krohg, arrivé en 1879, influencent son style vers un plus grand réalisme. En 1880, elle épouse M. Ancher, et ils s'installent tous deux à Skagen. En 1882, ils visitent Vienne puis Paris (1888-1889), où ils découvrent les œuvres des impressionnistes ; Anna travaille pendant six mois dans l'atelier de Puvis de Chavannes. Son œuvre se compose de tableaux décrivant la vie quotidienne des villageois de Skagen à travers, le plus souvent, des scènes d'intérieur, traduites dans un style naturaliste, une recherche raffinée des coloris, et des compositions épurées à la manière de Puvis de Chavannes (Un enterrement, 1891, Copenhague, S. M. f. K. ; Mme Brøndum dans la chambre bleue, 1913, Skagen, Mus.).

Michael (Bornholm 1849 – Skagen 1927). Ayant suivi l'enseignement de l'Académie de Copenhague de 1871 à 1875, Michael Ancher, époux d'Anna, se forme essentiellement en allant peindre la nature, sur le motif. Dès 1874, il fréquente le village de pêcheurs de Skagen, situé sur la pointe nord du Jütland, et s'y installe définitivement en 1880, y animant, avec le peintre Kroyer, une colonie d'artistes. La vie des villageois ainsi que le paysage côtier fournissent l'essentiel des motifs de sa peinture : scènes d'extérieur qui lui permettent de privilégier un travail sur la lumière et la luminosité selon une veine naturaliste à laquelle il est sensible lors de son séjour à Paris en 1888-1889, en compagnie de sa femme (Pêcheurs sur la plage, 1879, musée de Skagen ; Chaloupe de sauvetage, 1888, Copenhague, S. M. f. K.).