En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

José de Almada-Negreiros

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre portugais (île de São Tomé 1893  – Lisbonne 1970).

Cet artiste, également auteur de poèmes (K4, le Carré bleu, 1917), de romans (Nom de guerre, 1925, publié en 1938), d'essais et de pièces de théâtre, fut avec le poète Fernando Pessoa (1888-1935) la figure de proue de la première génération du " modernisme " portugais. Caricaturiste à ses débuts (1912), c'est comme poète qu'il a participé au mouvement futuriste de Lisbonne en 1915-1917. Après un court séjour à Paris (1919-20), qui l'orienta définitivement vers les arts plastiques, il émigra de 1927 à 1932 à Madrid, où il a laissé des peintures murales, maintenant disparues, pour des salles de spectacle et collaboré à des journaux (El Sol). Ce dessinateur habile a produit de nombreux portraits, dont quelques-uns en peinture (Fernando Pessoa, 1956, Lisbonne, fondation Gulbenkian). Il est aussi l'auteur des fresques des gares maritimes de Lisbonne (1943-1948), qui constituent l'ensemble le plus important de peinture moderne réalisé au Portugal, en même temps qu'un témoignage sensible de la nostalgie portugaise. Sa manière un peu précieuse (natures mortes, figures ; Lisbonne, coll. Pereira-Coutinho, coll. M. Vinhas) a retenu les stylisations du Cubisme, et son intérêt à la fois spéculatif et poétique pour la science des nombres (qui l'a amené à étudier sans cesse, depuis 1926, la composition du célèbre polyptyque du xve s. attribué à Nuno Gonçalves) est lié à l'Abstraction géométrique, à laquelle il a contribué en 1957 par des compositions fort rigoureuses (Lisbonne, coll. part.), dont on peut rapprocher le panneau Commencer (1969, Lisbonne, fondation Gulbenkian). Des tapisseries (1952, Lisbonne, hôtel Ritz) et des vitraux (1938, église de Fátima) complètent son œuvre.