En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mikoláš Aleš

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre tchèque (Mirotice, Bohême du Sud, 1852  – Prague 1913).

Il est avec Josef Mánes, qui fut son inspirateur, le peintre qui sut le mieux exprimer les espoirs et la prise de conscience nationale de son peuple.

Il entra à l'Académie des beaux-arts de Prague (1869-1876), où il devint l'élève de M. Trenkwald et de J. Swerts ; il subit peu leur influence et étudia surtout l'art de Svoboda et de Mánes. Une de ses premières toiles, Rencontre du roi Georges de Poděbrady et de Mathias Corvin (1878, musée de Prague), montre son goût pour les compositions mouvementées et monumentales. Son sens de la poésie champêtre se retrouve dans le Triptyque de mai (id.). Après un voyage en Italie en 1879, il obtint avec ˇZenišek la décoration des lunettes du foyer du Théâtre national de Prague, relatant l'épopée slave. Aleš réalisa peu de compositions monumentales, à l'exception de quelques façades de maisons. Comme illustrateur de livres, il composa en 1882 le cycle des Éléments, à la gloire des Peaux-Rouges de l'Amérique du Nord. Il collabora de plus en plus à des journaux, illustra diverses légendes slaves, mais aussi des chansons populaires, dont le recueil Spaliček reste le plus connu.

Caricaturiste et pamphlétaire dans ses illustrations, Aleš sait atteindre une dimension épique et lyrique dans sa peinture. Dans un répertoire consacré au passé et aux légendes tchèques, il créa de larges compositions où figuration fantastique et figuration réaliste se côtoient et où le souffle poétique l'emporte sur la vraisemblance. Dans son Paravent des quatre éléments (1878, Prague, Národní Galerie) comme dans son œuvre graphique, il développa un art ornemental préparant le Jugendstill (Mucha), sa terre natale étant à la fin du siècle, comme les autres pays d'Europe touchée aussi par l'Impressionnisme (Antonín Slavicěk), le Symbolisme (Jan Preisler) et par Kupka dans ses œuvres de jeunesse. Ce ne fut que vers la fin de sa vie qu'on reconnut le talent d'Aleš.