En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John White Alexander

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Allegheny, auj. Pittsburgh, 1856  – New York 1915).

Il commença sa carrière en 1875 comme illustrateur au Harper's Weekly avant de partir pour l'Europe (1877), où il fut l'un des " Duveneck boys ", étudiant avec le maître à Munich et Polling puis en Italie. Il se lia avec Whistler, dont l'influence sur son style est manifeste. C'est alors en effet qu'Alexander évolue d'une matière épaisse, empâtée, vers une touche plus fine et une couleur plus étale. De retour aux États-Unis en 1881, il continua à travailler pour le Harper's, et devint parallèlement un portraitiste renommé (série des contemporains célèbres pour le Century Magazine, 1886 ; Walt Whitman, 1886-1899, New York, Metropolitan Museum). Il habita Paris de 1890 à 1901, fréquentant Rodin, H. James, O. Wilde ou Mirbeau, et y fut en contact avec le Symbolisme et l'Art nouveau (Isabelle et le pot de basilic, 1897, Boston, M. F. A.). Alexander revint s'établir à New York en 1901, où il jouit d'une réputation considérable, due en partie aux peintures murales exécutées à la bibliothèque du Congrès de Washington (1895-96) et au Carnegie Institute de Pittsburgh (1905-1915). Élu à la N. A. D. en 1902, il en fut le président à partir de 1909.