En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Afro Basaldella, dit Afro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Udine 1912  – 1976).

Frère des sculpteurs Mirko et Dino Basaldella, il s'est formé à Venise et subit l'influence de la " Scuola Romana ". Sa première exposition eut lieu à Milan en 1932 (Gal. del Milione). Dès cette époque, il exécute de grands décors muraux à Venise, Udine et Rome (1936-1939). Après la guerre, sa peinture devient abstraite, en particulier après un séjour en 1950 aux États-Unis où il a l'occasion de fréquenter Arshile Gorky. Son style est alors assez proche de celui de l'école de Paris et du Paysagisme abstrait (Plainchant, 1952 ; Matinale, 1957). Il expose avec le " Gruppo degli Otto " (groupe des Huit, composé de Birolli, Corpora, Morlotti, Santomaso, Turcato, Vedova) à la Biennale de Venise en 1952, il reçoit d'importantes commandes, en particulier pour la Banca del Lavora et l'Institut national pour la reconstruction à Rome en 1954, à New York et à Paris (restaurant de l'Unesco, le Jardin de l'Espérance, 1958). En 1956, il obtient le prix de la Biennale de Venise. Il expose alors fréquemment aux États-Unis et en Europe. Après 1960, sa peinture devient plus gestuelle, proche en un sens de Willem De Kooning et de Franz Kline, comme le montre Rouge vertical (1963) où intervient également le collage et dans lequel il joue de taches brossées avec ampleur et autorité. Les années 70 le verront retrouver des compositions plus traditionnelles et une facture plus ordonnée.