En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vito Acconci

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (New York, Bronx, 1940).

Des études de littérature au Holy Cross College à New York puis à l'université d'Iowa (1964) conduisent Acconci vers une carrière littéraire qu'il mène jusqu'en 1969. Ses premières œuvres visuelles sont des évocations d'actions (saut, jet) qu'il accomplit dans le paysage (Throw, 1969). À partir de 1970, il utilise son corps pour expérimenter des manipulations et des transformations dans l'espace (Conver-sions, 1971) qu'il filme. Progressivement, les œuvres incluent des rencontres avec d'autres agents, puis, en 1972, une sortie de l'espace enclos pour accentuer les capacités d'un lieu à servir de point de rencontre entre l'artiste et le spectateur. En 1974, il se retire physiquement de l'espace pour ne plus laisser place à son moi qu'à travers des enregistrements inclus dans les installations (Other Voices for a Second Sight, installation à New York, M. O. M. A., 1974) ou des vidéos. De plus en plus, les positions artistiques ou idéologiques d'Acconci prennent forme dans des installations (The American Gift, 1976, Paris, M. N. A. M.) où volumes ou cordes viennent couper l'espace. À partir de la fin des années 70, il crée des installations complexes à base d'objets (Let's Pretend that this is an Apparatus for a Political Kidnapping, 1979), élaborant des habitats et un mobilier utopique (Maze Table, 1989). À partir de 1984, Acconci utilise des matériaux provenant de la matière ou de la vie urbaine, les domestique et les ajuste en fonction du corps humain, inventant un mobilier fantastique (Chaise de jardin, 1986 ; environnement pour le dancing, le Palladium à New York), qu'il cherche à intégrer dans des environnements urbains (Face of the Earth, 1984, Jardin de colonnes, 1987, Compagnie Coca-Cola, Atlanta). Présenté à la Documenta de Kassel en 1972, 1977, 1982, son œuvre a fait l'objet d'expositions à Grenoble (Magasin), à Prato (Centro de Arte contemporanea) en 1992, à Rennes (centre d'art contemporain) en 1996.