En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans von Aachen

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Cologne 1552  – Prague 1615).

D'une famille originaire d'Aix-la-Chapelle (Aachen), il se forme à Cologne dans l'atelier du Flamand Jerrigh avant de partir pour l'Italie en 1574. Après avoir étudié Tintoret et Véronèse à Venise, il se rend à Rome, où il entre en contact avec le milieu maniériste flamand (Paul Bril, Hans Speckaert) et avec Spranger, dont l'art l'influencera. Il séjourne ensuite à Florence.

De retour en Allemagne (1588), il travaille à Munich pour Guillaume V, duc de Bavière, ainsi qu'à Cologne et à Augsbourg, où il peint pour les Fugger. Portant souvent l'empreinte du maniérisme italien (Résurrection du fils de la veuve, 1590, musée de Nuremberg), les œuvres peintes à cette époque témoignent parfois d'une inspiration plus personnelle (Jugement de Pâris, 1588, musée de Douai). Fixé à Prague à partir de 1596, peintre de chambre de l'empereur Rodolphe II, Hans von Aachen devient avec le Flamand Spranger le chef de file du maniérisme rodolfinien ; il crée des compositions où la subtilité des thèmes allégoriques et mythologiques (Victoire de la Vérité sous la protection de la Justice, 1598, Munich, Alte Pin. ; Allégorie de la fragilité des richesses, Stuttgart, Staatsgal.) est mise en valeur par la sinuosité des lignes et la préciosité du coloris (Vénus et Cupidon, musée de Nuremberg, Bacchus, Cérès et l'Amour, Vienne, K. M.). Artiste éclectique, Hans von Aachen a joué un rôle important dans l'évolution du maniérisme allemand et de l'art de cour à la fin du xvie s. L'importance de ses scènes de genre ne doit pas être sous-estimée (Couple riant, Vienne, K. M. ; Le Couple mal assorti, Karlsruhe, Kunsthalle et Linz, Landesmuseum).