En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Ville de Paris

Robert Delaunay, la Ville de Paris
Robert Delaunay, la Ville de Paris

Peinture de Robert Delaunay (1910-1912). Huile sur toile, 267 x 460 cm. MNAM, Paris.

Aboutissement d'une série sur le thème de la ville, commencée en 1909 – parallèlement à la série des Tour Eiffel –, vaste synthèse de ses expériences précédentes, la Ville de Paris est une œuvre majeure de Robert Delaunay. Elle met un point final à ce que lui-même nommait sa « période destructive », marquée par les « recherches d'équilibre d'un art neuf et sain », par une fragmentation des plans issue de la vision cézanienne et du cubisme, par un système de valeurs qui, au détriment de la perspective, crée la profondeur ; elle annonce aussi la période dite « constructive » à laquelle appartient la série plus colorée des Fenêtres, jouant sur les contrastes simultanés de couleurs pures et à propos de laquelle Guillaume Apollinaire inventa le joli terme de « cubisme orphique ». Tout comme Blaise Cendrars, un autre chantre de la ville moderne, le même Apollinaire, à la suite du Salon des indépendants, où l'œuvre connut un grand succès en 1912, célébra la Ville de Paris, en termes élogieux : « Ce tableau marque l'avénement d'une conception d'art perdue peut-être depuis les grands peintres italiens. (…) il résume aussi et sans aucun appareil scientifique tout l'effort de la peinture moderne. »