En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Sens du mal

Étude anthropologique de Marc Augé.

Cette étude porte sur les mutations des savoirs coutumiers en matière de santé au Togo. En effet, les bouleversements socio-économiques et les transformations culturelles qui affectent les sociétés africaines (affaiblissement des institutions villageoises, destruction de l'ordre ancien de la société lignagère, émergence de nouveaux problèmes et de nouveaux malheurs) modifient la définition des catégories de la maladie, et notamment de la folie ainsi que leur mode de prise en charge ; ce qui entraîne la multiplication de nouveaux guérisseurs.

Le Togo est une région de migrations où se mêlent deux systèmes thérapeutiques : à côté des couvents qui recrutent des initiées de manière traditionnelle, se multiplient les guérisseurs individuels qui soignent au moyen de vodus (dieux de la région du Bénin) et de pratiques rituelles. Ainsi, tel spécialiste de la folie, des maladies du cœur et de l'asthme distingue plusieurs types de désordre mental : les folies provoquées par des vodus des lignées paternelle ou maternelle, qui ont été négligés ou qui ont servi de relais pour des attaques de sorcellerie ; la folie due à un ver introduit dans le corps par une attaque de sorcellerie ; la folie due à la drogue ; la folie de religion (mouvements syncrétiques chrétiens tels que ceux des pentecôtistes ou des témoins de Jéhovah).

Ces distinctions sont fondées sur une observation minutieuse des symptômes des patients, absente de la culture traditionnelle : ceux qui sont attaqués par des vodus sont déprimés, abattus, cherchent à se suicider ; la folie due à un ver se traduit par une agitation modérée ; la drogue produit des crises très violentes qui obligent à attacher le malade ; la folie de religion provoque une forte angoisse, le malade se sent persécuté et menacé. Cette précision des symptômes s'accompagne d'une étiologie sociale large qui prend en compte les problèmes liés à l'acculturation : affaiblissement des représentations religieuses coutumières, montée des syncrétismes blancs. En revanche s'affaiblit la logique symbolique qui ordonne le choix de la pharmacopée utilisée dans les cures.