En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Promenade matinale

Peinture de Thomas Gainsborough (1785). National Gallery, Londres.

En 1785, trois ans avant sa mort, Gainsborough réalise, à l'occasion de leur mariage, le double portrait de Mr. et Mrs. William Hallett. Il met au service d'une vision romantique sa ligne fluide et sa palette légère. Le paysage n'est plus un simple décor, il enveloppe les personnages et devient partie intégrante de leur présence. Les feuillages, les étoffes, le chien sont rendus par la même touche, rapide et juxtaposée.

Unis dans une complémentarité rigoureuse, les époux s'avancent avec une confiance dont le chien duveteux apparaît comme le signe vivant. Au noir de l'habit, rompu par la note claire de la cravate et des bas, répond la blancheur de la robe soulignée par le noir de la ceinture et du large chapeau. Le fort contraste du clair-obscur mêle les deux corps pour ne faire qu'une figure : la jupe s'ombre et voile la jambe gauche de Mr. Hallett ; le bras gauche de la jeune femme s'estompe. Une stricte parallèle structure les deux corps et engendre une harmonie exceptionnelle, que souligne l'expression paisible des visages. Pourtant le couple est projeté vers l'ombre, annonciatrice d'inquiétude : s'éloignant de la verdure ensoleillée, Mr. et Mrs. Hallett pénètrent dans l'obscurité des bois, et la main crispée de Mrs. Hallett sur le bras de son mari pourrait traduire une appréhension.