En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Pourvoyeuse

Jean Siméon Chardin, la Pourvoyeuse
Jean Siméon Chardin, la Pourvoyeuse

Tableau de Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1739). Huile sur toile, 47 x 38 cm. Louvre, Paris.

À côté des natures mortes, Chardin a peint toute une série de « scènes de genre » qui sont parmi ses œuvres les plus célèbres. Ces compositions, qui représentent un à trois personnages dans un intérieur, apparaissent vers le milieu des années 1730, alors que les Salons de peinture deviennent une véritable institution, et que se développe la critique d'art, dont les exigences sont portées à valoriser la représentation du grand genre (le tableau d'histoire) au détriment des genres mineurs (paysage et nature morte).

La Pourvoyeuse fait partie des scènes de la vie quotidienne, montrant une jeune femme dans une activité banale, presque sans intérêt ; ce qui permet à Chardin de se concentrer entièrement sur la mise en œuvre de la couleur et le rendu des matières : blanc laiteux des tissus, aspect rugueux des miches de pain, bleu passé du tablier… Mais la composition n'en est pas moins rigoureusement maîtrisée : la figure s'inscrit dans une pyramide, le jeu des portes organise la distribution de l'ombre et de la lumière qui alternent, pour ouvrir sur un petit pan de ciel bleu. De fait, les ambitions des artistes se rejoignent, dans le souci de donner à l'immanence la permanence de l'intemporel.