En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Peau de chagrin

Honoré de Balzac, la Peau de chagrin
Honoré de Balzac, la Peau de chagrin

Roman d'Honoré de Balzac (1831) [Études philosophiques].

Raphaël de Valentin, figure de Balzac jeune, trop pauvre pour satisfaire ses passions et acculé au suicide, rencontre, en octobre 1830, un étrange vieillard qui lui offre un talisman, une peau de chagrin, grâce à laquelle le jeune homme verra tous ses souhaits réalisés immédiatement ; mais à chaque désir assouvi la peau se rétrécira, et, quand il n'en restera plus rien, Raphaël mourra. Raphaël accepte, mais il s'épouvante vite en voyant décroître le cuir maudit ; il s'efforce alors, en vain, de ne plus éprouver un seul désir car « vouloir nous brûle et pouvoir nous détruit ». Il meurt dans le dernier baiser donné à son premier amour, Pauline, qui finalement l'aura tué.

Ce conte fantastique qui est aussi, de manière inséparable, un bilan idéologique délibérément sombre de l'après-Juillet, a été écrit de l'automne 1830 à l'été 1831. Balzac y utilise ses souvenirs de jeune intellectuel pauvre ; il y fustige une société qui, sous la Restauration, est déjà celle qui se révèle sous la monarchie nouvelle. Il met en place deux personnages clés : Foedora, « la femme sans cœur », incarnation de la société, et Rastignac, qui n'est alors qu'un viveur et un proxénète littéraire, mais qui permettra en 1835, dans le Père Goriot, la mise en place de l'un des maîtres mythes de l'œuvre en train de trouver sa voie.

De plus, la Peau de chagrin entend se structurer autour d'une théorie, celle de l'usure vitale : l'individu, comme les sociétés, dispose d'une quantité limitée d'énergie, et il faut trouver le système régulateur qui concilie l'expansion et la durée ; faute de quoi, c'est la mort, soit par immobilité et sous-vie, soit par dépense folle et autoconsommation de soi.

Enfin, œuvre d'actualité, la Peau de chagrin devait séduire le public par la synthèse du genre journalistique et des plus hautes ambitions culturelles.

Pour en savoir plus sur l'œuvre balzacienne, voir l'article la Comédie humaine.