En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Métamorphose de Narcisse

Peinture de Salvador Dalí (1937). Tate Gallery, Londres.

Malgré la dimension assurément moderne de ses créations, Dalí demeure attaché aux thèmes traditionnels de la peinture, et notamment à ceux qui sont issus de la mythologie : Narcisse est un jeune éphèbe puni par les dieux pour avoir préféré l'amour de sa propre image à celui des jeunes filles ; il meurt captivé par la beauté de son reflet dans l'eau ; selon Ovide (les Métamorphoses), au lieu même où il mourut poussa une fleur nouvelle, le narcisse. C'est une double métamorphose qu'illustre le peintre. À gauche, Narcisse se mire dans l'eau, à droite, son double, sous la forme d'une statue, est transformé en l'image d'une main. À la place de la tête de Narcisse se trouve, selon Dalí, « un œuf, une semence, l'oignon duquel naît le nouveau Narcisse – la fleur ». L'assimilation de la tête à un oignon est à rapprocher d'une expression catalane : de quelqu'un qui a un complexe, on dit qu'il a « un oignon dans la tête ». Dalí réinvente ainsi le mythe grec, en montre la dimension psychanalytique, utilisant pour la première fois sa méthode « paranoïaque-critique ».