En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Mariage secret

Domenico Cimarosa
Domenico Cimarosa

Opéra bouffe en deux actes de Domenico Cimarosa (1792, Burgtheater, Vienne). Livret de Giovanni Bertati d'après The Clandestine Marriage, comédie de Colman et Garrick.

Il est bien difficile de comprendre aujourd'hui le succès initial du Mariage secret de Cimarosa à l'aune des chefs-d'œuvre de Mozart, notamment des Noces de Figaro. Cette pièce, située dans la tradition napolitaine, est en effet l'un des seuls opéras à avoir été entièrement bissé lors de sa création. Il faut dire que, ne s'attardant guère sur son orchestration, Cimarosa concentre son discours musical sur les seules parties vocales, réalisant ainsi une œuvre d'une extrême vivacité et à l'invention mélodique foisonnante, enchaînant airs, duos et ensembles. Les pages les plus magistrales sont cependant les deux finales d'acte, dont la verve préfigure ceux de Rossini, tels l'air bouffe de Geronimo au premier acte et le duo Geronimo-le comte au début du second.

L'action se passe au xviiie s. chez un certain Geronimo, riche marchand de Bologne. Sa fille cadette a épousé en secret Paolino, son jeune associé. Lorsque arrive le prétendant (un lord britannique) de sa fille aînée, Elisetta, celui-ci ne s'intéresse qu'à Carolina. Une série de quiproquos s'ensuit, jusqu'au dénouement final attendu. Carolina et Paolino avouent s'être mariés en secret, et le lord se décide à épouser Elisetta.