En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

le Jeu de l'amour et du hasard

Marivaux
Marivaux

Comédie de Marivaux, en 3 actes et en prose, créée à Paris par les Comédiens-Italiens (1730).

Les jeunes Dorante et Silvia, fiancés par leurs parents, échangent leurs rôles avec leurs serviteurs (Arlequin et Lisette) pour mieux s'observer incognito. Le jeu n'est pas sans risque mais le chassé-croisé tourne au mieux : chacun trouvera bien sa chacune malgré les masques.

Morceaux choisis

Arlequin [à part]. Lui dirai-je que je m'appelle Arlequin ? Non ; cela rime trop avec coquin. [… ] Haïssez-vous la qualité de soldat ?
Lisette. Qu'appelez-vous un soldat ?
Arlequin. Oui, par exemple, un soldat d'antichambre.
Lisette. Un soldat d'antichambre ! Ce n'est donc point Dorante à qui je parle enfin ?
Arlequin. C'est lui qui est mon capitaine.
Lisette. Faquin !
Arlequin [à part]. Je n'ai pu éviter la rime.
[… ]
Lisette. Touche là, Arlequin ; je suis prise pour dupe : le soldat d'antichambre.de Monsieur vaut bien la coiffeuse de Madame.
Arlequin. La coiffeuse de Madame !
Lisette. C'est mon capitaine ou l'équivalent.

(Acte III, scène 6).