En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Foire aux vanités

Roman sans héros, en anglais Vanity Fair. A Novel without a Hero

Roman de William Makepeace Thackeray (1847-1848).

D'abord publié en fascicules dès 1847, ce roman met en scène la bourgeoisie victorienne à travers deux destins parallèles : celui de Becky Sharp, pauvre, mais intelligente, ambitieuse et belle, et celui de son amie Amelia Sedley, fortunée, mais innocente et honnête.

La première, qui sait tirer avantage de tous ses atouts, finit, à force d'intrigues, par surmonter les coups du sort et s'élever dans la société par un riche mariage. La seconde épouse un officier égoïste et jouisseur, qui est tué à Waterloo. Tombée dans la misère, ce n'est qu'au bout de quinze ans qu'elle apprend que cet époux l'a trompée avec Becky – qui alors lui avoue tout. Amelia accepte de se remarier avec un capitaine qui l'aime en secret depuis toujours.

Écrivain à la jeunesse dorée, Thackeray se révèle plus à l'aise dans la description des milieux aisés que dans celle des couches sociales défavorisées. Pourtant, proche de Dickens, il n'en dénonce pas moins l'injustice, l'hypocrisie et l'ambition pour mieux célébrer les vertus de tolérance et d'humilité. Représentatif du roman anglais du xixe s., la Foire aux vanités associe l'analyse psychologique et un humour original, fait de tendresse et de sarcasme, que Thackeray a résumé lui-même en une formule : « l'esprit plus l'amour. »