En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Double Inconstance

Marivaux, la Double Inconstance
Marivaux, la Double Inconstance

Comédie de Marivaux, en 3 actes et en prose, créée à Paris par les Comédiens-Italiens (1723).

Le prince d'un royaume imaginaire retient dans son palais l'une de ses sujettes, Silvia, pour mieux la courtiser et obtenir sa main, alors qu'elle-même est éprise d'Arlequin. L'amour naïf des deux héros résistera-t-il à la tentation du luxe et à l'inconstance des sentiments ?

La thématique des surprises de l’Amour, déjà chère à Marivaux, se complique ici d’une autre, autour des relations entre maîtres et sujets. Arlequin montre qu'il a de l'étoffe face à son prince. La figure de Flaminia, qui met son habileté tactique au service du prince, pour faire et défaire les couples, reste ambiguë.

Morceaux choisis

Acte III, scène 7 :

Arlequin. Ensuite, puisque notre cœur s'est mécompté et que nous nous aimons par mégarde, nous prendrons patience et nous nous accommoderons à l'avenant.
Flaminia [d'un ton doux]. J'entends bien ; vous voulez dire que nous nous marierons ensemble ?
Arlequin Vraiment oui, est-ce ma faute, à moi ? Pourquoi ne m'avertissiez-vous pas que vous m'attraperiez et que vous seriez ma maîtresse ?
Flaminia M'avez-vous avertie que vous deviendriez mon amant ?
Arlequin Morbleu ? le devinais-je ?
[…] Attendez, et donnez-moi votre main que je la baise… Qui est-ce qui aurait cru que j'y prendrais tant de plaisir ? Cela me confond.

Acte III, scène 8 :

Flaminia À quoi rêvez-vous, belle Silvia ?
Silvia Je rêve à moi, et je n'y entends rien.
Flaminia Que trouvez-vous donc en vous de si incompréhensible ?
Silvia Je voulais me venger de ces femmes, vous savez bien ? Cela s'est passé.
Flaminia Vous n'êtes guère vindicative.
Silvia J'aimais Arlequin, n'est-ce pas ?
Flaminia Il me le semblait.
Silvia Eh bien, je crois que je ne l'aime plus.
Flaminia Ce n'est pas un si grand malheur.
Silvia Quand ce serait un malheur, qu'y ferais-je ? Lorsque je l'ai aimé, c'était un amour qui m'était venu; à cette heure je ne l'aime plus, c'est un amour qui s'en est allé; il est venu sans mon avis, il s'en retourne de même; je ne crois pas être blâmable.