En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Critique de l'École des femmes

Comédie de Molière (1663).

La scène se passe dans le salon d’une femme du monde, Uranie. Les personnes présentes ne parlent que d’une chose : la comédie de Molière, l’École des femmes, qui vient d’être créée et qui est toujours représentée. Les nouveaux arrivants en discutent aussi, car la pièce a révolté une partie du public et divise ceux qui prétendent connaître le bon goût et les règles du théâtre.

Climène, qui déclare : « Je viens de voir, pour mes péchés, cette méchante rhapsode de L’École des femmes » mène l’attaque au nom de la pudeur. Le poète Lysidas renchérit au nom des règles académiques. Un marquis déteste tout autant la pièce, bien qu’il ne l’ait pas vue ! C'est Dorante qui la défend avec le plus d’éloquence : c’est le double de Molière.

Pièce de circonstance en un acte, la Critique de l’École des femmes est la réplique d’un auteur blessé aux multiples critiques dont il est l’objet. C’est à la fois un savoureux tableau de la conversation mondaine et un plaidoyer de Molière pour ses écrits : « Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n’est pas de plaire, et si une pièce de théâtre qui a attrapé son but n’a pas suivi un bon chemin. »