En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Chanson de Roland

Bataille de Roncevaux
Bataille de Roncevaux

La plus ancienne chanson de geste française, en 4 002 décasyllabes assonancés.

On la date de la fin du xie siècle, et nul texte de ce genre ni de cette importance en langue vernaculaire ne lui est antérieur. L'auteur est inconnu, mais on a voulu le voir dans le Turoldus, qui signe le dernier vers du poème.

1. Le récit

De retour d'Espagne, l'armée de Charlemagne voit son arrière-garde, confiée par l'empereur à son neveu Roland, attaquée par des sarrasins très supérieurs en nombre, à la suite d'une trahison de Ganelon. Malgré leur bravoure, les preux (Roland, son ami Olivier, l'archevêque Turpin) sont massacrés à Roncevaux. Prévenu trop tard parce que Roland n'a voulu sonner du cor qu'à la dernière extrémité, l'empereur venge ses pairs et fait mettre à mort le félon.

2. La composition et l'écriture

L'équilibre de la composition atteint d'emblée une perfection surprenante, avec la trahison de Ganelon, la bataille et la mort de Roland, puis, dans une seconde partie, l'affrontement de Charlemagne avec l'émir Baligant, et le châtiment du traître : deux parties, donc, le martyre de Roland et la vengeance, qui en soulignent l'ordonnance déjà classique.

Le découpage en laisses, en tirades d'inégale longueur, dont l'apparente improvisation renvoie à la technique orale des jongleurs, introduit dans cette architecture toutes les nuances de l'émotion. Nous n'avons pas affaire à un pur récit, mais à une narration mêlée de stances lyriques. Et, comme il convient au genre épique, dont le type d'énonciation est mixte, d'importants dialogues traduisent l'affrontement des personnages et des idées.

Le substrat rhétorique et philosophique est très solide. Dans le détail même, l'emploi de formules stéréotypées pour décrire les actions (notamment les batailles) et les réactions (particulièrement la colère et la douleur), tout en nous donnant l'image du style oral et comme l'écho de l'intonation du décasyllabe fortement articulé avec sa césure, ses assonances et ses clausules, confère au langage une gravité hiératique. L'écriture a su tirer parti des procédés de la parole à des fins littéraires.

3. La signification

Elle ressort de cette composition même, plus particulièrement mise en valeur par le manuscrit découvert en 1832 à la bibliothèque Bodléienne d'Oxford. De l'événement historique du 15 août 778, la défaite infligée par les Basques ou les Gascons à l'armée de Charlemagne dans les parages de Roncevaux, au mythe héroïque reconstruit autour de Roland, la transformation est considérable. On peut interpréter l'affaire du point de vue de la propagande : une cuisante défaite ruinant les « châteaux en Espagne » de Charlemagne est ainsi masquée. Mais c'est faire de l'œuvre le résultat d'un lent processus politique, peu vraisemblable. En substituant à la défaite de Roncevaux la passion d'un saint laïque, c'est vers la réflexion sur l'homme, son destin, son orgueil, son drame familial, son attachement au roi, son dévouement à Dieu, que se tourne la lumière du texte. Sous la gloire épique, ce n'est pas la vengeance politique, mais la souffrance humaine qui fait sens.

Pour en savoir plus, voir les articles chanson de geste, épopée.