En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

De l'Allemagne

Mme de Staël
Mme de Staël

Essai de Mme de Staël, édité à Londres (1813).

L'ouvrage établit une triple opposition entre les littératures romantiques du Nord et les littératures classiques du Midi, entre la France conquérante et une Europe libérale et philosophe, entre le « génie du christianisme » et l'enthousiasme mystique du protestantisme.

Exilée sur l'ordre de Napoléon en 1803, Mme de Staël ébauche De l'Allemagne à Metz, avec l'éminent germanologue Charles de Villers. Après un voyage en Italie, elle repart enquêter sur le terrain en 1807. Bilan de voyages, rapports de lecture, entretiens, cet ouvrage prétend « donner une idée du caractère des Allemands et de l'esprit qui distingue leur littérature ». À l'époque de Mme de Staël, l'Allemagne est en pleine effervescence artistique et littéraire et l'auteur lève le voile sur le pays qui est en voie de devenir la référence culturelle en Europe au détriment de la France.

Composé de quatre parties, d'une préface et d'observations générales, De l'Allemagne, interdit par l'Empereur en 1810, définit l'essence du peuple allemand par son histoire politique, ses caractéristiques générales (races, langue, milieu, institutions, esprit de chevalerie, universités, etc.) et sa culture en utilisant le même procédé d'étude que De la littérature (1800). Les 20 chapitres de la première partie (« De l'Allemagne et des mœurs des Allemands ») abordent la géographie et l'histoire du pays. La deuxième partie (« la Littérature et les Arts ») contient 32 chapitres. L'auteur y analyse les grands auteurs (Goethe, Schiller), la poésie, le théâtre, le roman, la critique littéraire et l'activité artistique. La troisième partie explore « la Philosophie et la Morale » en 21 chapitres, dans lesquels Mme de Staël oppose les traditions de pensée allemande et française. La dernière partie, consacrée à « la Religion et l'Enthousiasme », exalte la pensée religieuse allemande.

Tout au long du siècle, la France verra l'Allemagne selon les yeux et la plume de Mme de Staël, qui a dépeint et analysé avec clairvoyance l'Allemagne de son époque.