En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Étourdi

ou les Contretemps

Molière
Molière

Comédie de Molière en 5 actes et en vers, représentée pour la première fois en 1655 à Lyon et reprise à Paris en 1658.

Servir son maître… malgré lui

Contrairement aux vœux de son père Pandolfe, le jeune Léandre veut épouser Célie, belle esclave du seigneur Trufaldin. Mais il fera toujours échouer, par ses réactions irréfléchies, les ruses de son ingénieux valet Mascarille. Et il faudra bien 5 actes, de contretemps en contretemps, avant d'atteindre l'heureux dénouement.

Morceaux choisis

Anselme. Las ! pour un trépassé vous êtes bien gaillard.
Pandolfe. Est-ce jeu, dites-nous, ou bien si c'est folie,
Qui traite de défunt une personne en vie ?
Anselme. Hélas ! vous êtes mort, et je viens de vous voir.
Pandolfe. Quoi ! j'aurais trépassé sans m'en apercevoir ?

(Acte II, scène 4).

Pour vous dire en beaux vers, ou bien en docte prose,
Que vous serez toujours, quoi que l'on se propose,
Tout ce que vous avez été durant vos jours,
C'est-à-dire un esprit chaussé tout à rebours,
Une raison malade et toujours en débauche,
Un envers du bon sens, un jugement à gauche,
Un brouillon, une bête, un brusque, un étourdi.
Que sais-je ? un… cent fois plus encor que je ne dis,
C'est faire en abrégé votre panégyrique.

(Acte II, scène 11, Mascarille).