En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

épinette

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument à clavier et à cordes pincées.

L'épinette est une version simplifiée de son frère aîné, le clavecin, et ne comporte qu'un seul registre, généralement de 8 pieds, quelquefois sonnant à l'octave (4 pieds). Elle peut être construite selon des plans différents (rectangulaire, ressemblant ainsi au virginal ; polygonal et, plus tard, à côté courbe). Les cordes sont montées perpendiculairement aux touches du clavier ou légèrement en oblique. L'épinette n'était pas seulement un instrument domestique, comme le piano droit moderne auquel on la compare souvent. Elle avait son rôle à jouer dans la musique de son époque, en Italie notamment où, par exemple, sa sonorité brillante était prisée pour faire ressortir les parties supérieures d'un madrigal, ou pour soutenir discrètement une voix soliste. La plus ancienne épinette connue est conservée au musée de Pérouse et date de 1493. La vogue de l'instrument se poursuivit pendant les xvie et xviie siècles. Au xviiie, sa forme emprunta au clavecin son côté courbe et l'épinette orna les salons de ceux qui ne pouvaient se payer le luxe d'un instrument plus grand. Parmi les facteurs d'épinettes, on peut citer les Baffo et Bertolotti à Venise, les Richard, Denis et Taskin en France, les Haward et Hitchcock en Angleterre et, aux Pays-Bas, les Ruckers.