En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

élévation

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Mouvement de la voix du grave vers l'aigu.

2. Épisode de la messe au cours duquel le prêtre soulève successivement l'hostie et le calice aussitôt après les consécrations correspondantes. L'élévation ne comporte rituellement aucune musique, mais en allongeant la durée du sanctus qui la précède de peu, tandis que le prêtre continuait l'ordo à voix basse, la polyphonie amenait fréquemment le chant du sanctus à déborder sur l'élévation, ce que les liturgistes voulurent éviter. C'est dans cette intention que le chant du sanctus fut coupé en deux et celui du benedictus transporté après l'élévation bien que sa place liturgique demeurât avant. Mais les musiciens ne s'en tinrent pas pour satisfaits, et l'on prit l'habitude de meubler l'élévation soit par un motet, soit par un morceau d'orgue de mouvement modéré et de caractère recueilli (Frescobaldi, Toccate per l'Elevazione). À la fin du xixe siècle, les liturgistes réagirent à leur tour et exigèrent pendant l'élévation un silence total, ce qu'à son tour vint abolir la nouvelle messe dite « de Paul VI » en faisant parler ou chanter le célébrant pendant tout le canon, consécration incluse, enlevant ainsi radicalement aux musiciens toute possibilité d'intervention d'ordre artistique.