En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

vihuela

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument espagnol à cordes, de la même famille que le luth et la guitare.

Connue depuis le xive siècle, ce n'est toutefois qu'au cours du xvie que la vihuela s'est répandue et que son répertoire s'est constitué, prenant une place importante dans la renaissance musicale espagnole. On distingue différentes sortes de vihuela : vihuela de arco (viole à archet), vihuela de penola (à plectre), vihuela de mano, la plus courante, à cordes pincées. Au xvie siècle, la vihuela possédait 6 doubles cordes.

Le premier compositeur à avoir publié de la musique pour cet instrument fut Luis Milán, dont le recueil intitulé El Maestro parut à Valence en 1536. Les contemporains ou successeurs immédiats de Milán furent Luis de Narvaez, Alonso Mudarra, Diego Pisador, Miguel de Fuenllana, Enriquez de Valderrabano, Antonio de Cabezón. Le répertoire de la vihuela comprenait aussi bien des transcriptions d'œuvres polyphoniques d'auteurs espagnols ou étrangers (Josquin Des Prés, Morales), que des compositions originales. Les formes les plus courantes de ces dernières étaient la fantasía, le tiento, le fabordón (faux-bourdon), la glosa, la diferencia (variation), et parfois des danses, dont la pavane. En outre, la vihuela servait fréquemment d'accompagnement au chant des romances et des villancicos. Les œuvres pour vihuela étaient notées sous forme de tablatures.