En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ténor

Enrico Caruso
Enrico Caruso

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Équivalent latin du français teneur.

2. Depuis le xviiie siècle environ, tessiture vocale correspondant aux voix d'hommes aiguës normales ; le terme a été refait, non directement sur le latin, mais à travers l'italien tenore qui l'empruntait lui-même au latin. La dérivation s'explique par le fait que la teneur d'une polyphonie, qui avant le xive siècle était habituellement la voix la plus grave, s'est vue à ce moment repoussée d'un cran vers l'aigu par l'adjonction d'une contre-teneur grave devenue ensuite le bassus. C'est pourquoi, dans la polyphonie classique à quatre voix, le ténor est normalement la deuxième partie à partir de la basse.

Dans le chœur mixte, aujourd'hui le plus répandu, le ténor correspond à la voix d'homme la plus aiguë, mais il n'en a pas toujours été ainsi, car jadis les parties d'alto (altus signifie « profond », mais aussi et surtout « élevé ») étaient souvent confiées à des voix d'hommes suraiguës (→ HAUTE-CONTRE).

En tant que voix soliste, on distingue deux classes principales de ténors selon qu'ils attaquent les notes aiguës en voix de tête (ténor léger) ou en voix de poitrine (fort ténor, dit aussi ténor dramatique ou héroïque, voire « wagnérien »). La tessiture normale va dans les deux cas du mi2 au la3, avec pour les solistes possibilité de dépassement au grave jusqu'à l'ut2 (déconseillé), à l'aigu jusqu'au si3, exceptionnellement ut4. Ces dernières notes sont souvent prises en fausset par les ténors légers, mais non par les forts ténors, chez qui l'« ut de poitrine » constitue une prouesse guettée par les amateurs. Les premiers sont surtout prisés pour leur souplesse et leur musicalité, les seconds pour la force de leur voix et la vaillance avec laquelle ils « poussent la note ».

Le tenorino est un ténor léger de faible puissance et quelque peu détimbré, dont les aigus sont à la limite du fausset ; le trial est un ténor léger quelque peu nasillard, surtout dévolu aux rôles comiques.

3. À l'intérieur des familles d'instruments, on donne le nom de ténor à celui dont la tessiture se rapproche de celle de la voix de ce nom : viole de gambe ténor, saxophone ténor, etc.