En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

trope

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. En musique grecque antique, le mot trope (tropos) est synonyme de ton (tonos). Boèce, au ve siècle, l'a latinisé en tropos et en même temps l'a traduit par modus, qui a comme lui le sens assez vague de « manière d'être ». Il déclare équivalents les trois termes tonus, tropus, modus, ce qui n'a pas été sans provoquer bien des confusions sur leur emploi, surtout pour ton et mode, car tropus en ce sens est assez vite tombé en désuétude.

2. Nom donné depuis le ixe siècle à des amplifications non officielles de textes liturgiques, destinées en général à leur donner une plus grande solennité, ou à adapter à telle ou telle circonstance un texte prévu dans un sens général. J. Chailley a classé les tropes en six catégories correspondant à peu près à l'histoire de leur formation : tropes d'adaptation (paroles syllabiques placées sous une mélodie vocalisée), de développement (composition nouvelle à partir des cellules successives du modèle ; le type le plus achevé en est la séquence) ; d'interpolation (addition d'un texte nouveau, soit mélismatique, soit avec paroles, entre les fragments du texte primitif sans modification de celui-ci) ; d'encadrement (composition d'un prélude ou d'un postlude pour la pièce à troper) ; de complément (composition d'une pièce indépendante insérée dans l'office en un emplacement non prévu, sans liaison obligatoire avec les pièces existantes) ; de substitution enfin (amplification de l'original prenant entièrement la place de celui-ci ; les plus fréquents sont les tropes versifiés du Benedicamus Domino qui ont proliféré jusqu'à la fin du Moyen Âge. L'un d'entre eux, O filii et filiae, écrit au xve siècle par le frère franciscain Jean Tisserand, est resté en usage jusqu'à nos jours comme cantique pascal, sur une mélodie de caractère populaire probablement refaite au xviie siècle).

Michel Huglo, de son côté, a proposé un classement en tropes logogènes (générateurs de textes) et mélogènes (générateurs de mélismes sans paroles) ; la présence de ceux-ci pose de difficiles problèmes, la plupart d'entre eux pouvant être considérés soit comme des amplifications ornementales de solemnisation (→ NEUME, sens 2), soit comme des mélismes séquentiels faisant alterner le chant d'un verset de séquence muni de ses paroles et celui de la même mélodie vocalisée sans paroles.

On considère comme origine des tropes la création vers le milieu du ixe siècle, par l'abbaye de Jumièges, de tropes d'adaptation à partir desquels, à Saint-Gall, Notker créa le type de tropes de développement qui devint la séquence. Les autres types de tropes ne tardèrent pas à suivre, et les deux centres les plus actifs en furent les abbayes de Saint-Gall en Suisse et de Saint-Martial-de-Limoges en Aquitaine. Les tropes proliférèrent jusque vers le xiie siècle, puis la production se ralentit (sauf pour les tropes de substitution du Benedicamus Domino) et à quelques exceptions près, telles que le Gloria des messes de la Vierge qu'on trouve encore en polyphonie avec ses tropes chez plusieurs compositeurs, ils n'étaient plus guère en usage au xvie siècle, lorsque le concile de Trente décida d'en abolir définitivement l'emploi et de les retirer des livres de chœur.

Ils sont aujourd'hui abandonnés en tant que tels, mais il en subsiste de nombreuses traces, soit dans le répertoire (tel l'Ave verum, primitivement trope de Sanctus), soit dans les nombreux dérivés qui leur doivent leur existence et leur développement, notamment la poésie lyrique à travers les versus et le théâtre à travers le drame liturgique, puisque celui-ci est issu des tropes de leçons de matines pour le cycle de Noël (drame des Prophètes), du trope Quem quaeritis de l'introït pascal pour le cycle de Pâques. L'influence des tropes aura donc été considérable, et déborde largement la valeur littéraire ou musicale que l'on peut reconnaître à leur répertoire proprement dit.