En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

triton

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Intervalle formé de trois tons,par exemple fa-si. Dans la génération mélodique par cycle des quintes, le triton est le dernier intervalle formé dans le cadre du diatonisme (fa-do-sol-ré-la-mi-si) et a toujours été considéré comme particulièrement dissonant ; l'une des règles principales de la mélodie médiévale et renaissante consistait à l'éviter au moyen d'altérations. On le classe également, en harmonie classique, parmi les « fausses relations » à éviter en langage châtié. Mais le surnom qu'on lui donne souvent de diabolus in musica (le diable en musique), toujours présenté comme traditionnel et médiéval, n'est jamais attesté dans les textes avant le xixe siècle.

Il est également très probable que le triton n'a pas toujours été pourchassé avec la rigueur légendaire, et il semble même avoir été parfois recherché pour sa saveur quelque peu étrange ; il n'en est pas moins resté d'un emploi exceptionnel, et vouloir le réintégrer par principe dans les restitutions anciennes, par réaction contre les anciens excès de rigorisme, comme s'il faisait partie du vocabulaire courant, serait sans doute un sérieux contresens.

2. On donne le nom d'accord de triton à l'accord qui contient cet intervalle à partir de sa basse, et dont l'expression la plus usuelle est le 3e renversement de l'accord de 7e de dominante (en do, fa-sol-si-ré ou toutes autres positions). On le chiffre + 4 en chiffrage d'intervalles, V surmonté de trois points en chiffrage de fonction.