En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

timbale

Timbale
Timbale

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument à percussion de la famille des « peaux » dont les origines, fort lointaines, sont probablement orientales et militaires.

Aujourd'hui encore, la cavalerie de la garde républicaine a ses timbaliers qui, pour garder les mains libres, guident le cheval au pied grâce à de longues rênes attachées aux étriers. Chacune de ces timbales, disposées par paire en avant et de chaque côté de la selle, consiste en un bassin de cuivre approximativement hémisphérique, fermé par une peau dont la tension (et par conséquent la note émise, dans les limites d'une quinte environ) peut être modifiée au moyen de clés à vis disposées sur le pourtour de l'instrument.

À l'orchestre symphonique, où elles figurent régulièrement depuis le xviiie siècle et furent presque seules à représenter les percussions jusqu'à l'époque romantique, les timbales sont plus grandes (d'un diamètre moyen de 70 cm), montées sur pied, et vont par jeu de quatre. L'accord des timbales modernes est assuré par un système de pédales beaucoup plus rapide et pratique que les anciennes clés, au nombre de six, qu'il fallait manœuvrer pour passer d'une note à l'autre. De même, le cuivre rouge des « fûts » est souvent remplacé par la fibre de verre, et les « peaux » artificielles en matière plastique, robustes et moins sensibles aux variations atmosphériques, ont supplanté le parchemin naturel qui, d'ailleurs, serait hors de prix. La qualité de ce magnifique instrument n'en est pas altérée, qu'on le joue avec des mailloches ou avec toutes sortes de baguettes à tête de feutre ou de bois, selon l'effet souhaité.