En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

accord de sixte et quarte ou accord de quarte et sixte

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Deuxième renversement d'un accord de triade, parfait ou non, formé d'une quarte et d'une sixte comme son nom l'indique. Si la quarte est juste, l'accord est normal, et peut être soit majeur (ex. sol-do-mi) soit mineur (ex. sol-do-mi bémol) selon que sa sixte est majeure ou mineure. On le chiffre 6/4 ou 4/6, mais non pas 6, qui est réservé à l'accord de sixte. Si la quarte est augmentée (elle ne peut pas être diminuée), l'accord est dit déformé et prend le nom d'accord de sixte et quarte augmentée, chiffré 6/+4 ou +4/6, ce qui lui donne souvent la signification d'un accord de 7e naturelle à fondamentale sous-entendue.

L'accord de 6/4 majeur est un accord naturel, formé des harmoniques 3-4-5 d'une fondamentale sous-entendue, mais l'absence de cette fondamentale lui donne une grande instabilité qui se traduit par le besoin d'une résolution : celle-ci se fait le plus souvent sur la même basse, en considérant la quarte et la sixte comme des appoggiatures de triade (ex. sol-do-mi ] sol-si-ré). Si la résolution fait défaut, on obtient un effet de suspension qui a été souvent utilisé pour préparer les cadences de soliste dans les concertos. Quoique artificiel, l'accord de 6/4 mineur, formé par analogie avec le majeur, possède, à un degré moindre, les mêmes caractères et s'emploie de façon analogue.