En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ritournelle

(de l'ital. ritornello, « retour »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Retour d'un passage instrumental, entendu au début du morceau, et servant ainsi de refrain.

À l'origine, le terme s'applique à une sorte de chanson populaire italienne comportant des strophes de trois vers (le premier rimant avec le dernier). Au xive siècle, le madrigal italien pouvait inclure un ritornello, ou refrain, sur les deux derniers vers de ses strophes de huit ou onze vers. Aux xviie et xviiie siècles, l'introduction instrumentale à une pièce vocale, répétée au cours du morceau, modifiée ou non, s'appelle ritournelle. Elle détermine régulièrement la forme des airs strophiques chez Monteverdi et Cavalli. Intitulée « entrata », l'introduction du Ballo de Monteverdi Movete al mio bel suon ponctue de la même manière les strophes du chanteur.

En revanche, Lully donne souvent le nom de « ritournelle » à un prélude instrumental au début d'un acte d'opéra ou d'un air important, sans qu'il y ait reprise. Chez Haendel et ses contemporains, la plupart des airs de forme da capo débutent par une ritournelle exposant le thème principal et réentendue ensuite. Les reprises étaient introduites, selon J.-J. Rousseau, afin de « reposer la voix ». Cette forme ritournelle est adoptée dans le concerto baroque avec les retours du tutti initial. La technique se perpétue dans le concerto classique et romantique, où une ritournelle continue à précéder l'entrée du soliste.