En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

qânûn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Le qânûn est une cithare orientale de type psaltérion à cordes pincées. Ses origines semblent gréco-arabes et son essor est lié aux musiques savantes de la culture arabo-irano-turque. C'est une cithare de bois, plate et en forme de trapèze rectangle, dont les multiples cordes, enfilées par le petit côté perpendiculaire aux bases, franchissent un grand chevalet reposant sur quatre ou cinq membranes de peau et aboutissent à un grand sillet de bois disposé en diagonale avant d'être enroulées sur les chevilles. La table d'harmonie est faite de bois fin, ajourée d'ouïes et ornée d'incrustations (fort nombreuses et riches sur les qânûn-s fabriqués en Syrie).

Les cordes, autrefois en boyau, sont désormais en nylon. Elles sont au nombre de soixante-trois à quatre-vingt-dix. Regroupées par chœurs de trois lors de l'accordature, elles produisent de vingt et un à trente notes, soit trois à quatre octaves.