En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

planctus

(planh, plainte, complainte)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Poème de lamentation chanté du Moyen Âge, qui se développe en Europe du ixe au xiie siècle environ.

Écrit tantôt en latin, tantôt en langue vernaculaire, et de forme proche de la séquence, il semble avoir été tout d'abord profane. Le genre le plus répandu est la lamentation sur la mort d'un personnage important, dont fait partie l'un des plus anciens plancti conservés, A solis ortus usque ad occitua, sur la mort de Charlemagne (814). Le planh des troubadours, sorte de sirventès, appartient à ce type, le plus célèbre étant certainement la lamentation sur la mort de Richard Cœur de Lion de Gaucelm Faidit (Fortz chausa es que tot lo major dan). Ce genre est sans doute à l'origine des déplorations des xive et xve siècles. Le planctus de thème biblique se développe surtout à partir du xiie siècle, avec en particulier les six plancti de Pierre Abélard. C'est à cette époque qu'apparaît le Planctus beatae Virginis Mariae, dont les exemples sont nombreux aux xiie et xiiie siècles. Bien que non liturgique, il était sans doute néanmoins exécuté à l'église et a joué un rôle important dans le drame liturgique.