En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

phonothèque

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Établissement conservant les phonogrammes, c'est-à-dire les enregistrements sonores sur quelque support qu'ils soient fixés, cylindres, disques de divers standards, bandes magnétiques, ainsi que cylindres pointés, bandes perforées, disques de carton ou de métal des instruments de musique mécanique.

Dès 1899, à Vienne, puis en de nombreux pays, des phonothèques nationales ont été créées pour assurer un archivage officiel de tous les nouveaux documents sonores enregistrés, et réunir les plus anciens, publics ou privés.En France, la Phonothèque nationale est aujourd'hui un département de la Bibliothèque nationale ; elle reçoit et gère le dépôt légal de tous les phonogrammes publiés dans le pays. Elle est issue de l'Institut de phonétique, créé en 1911 par l'université de Paris, et des Archives de la parole de la Sorbonne, animées par le professeur Brunot, qui réalisa un grand nombre d'enregistrements de folklore, de linguistique, d'orateurs, d'acteurs dramatiques, etc. La loi du 19 mai 1925 institue le dépôt légal obligatoire pour tous les imprimés, incluant l'édition phonographique ; mais ce n'est qu'en 1938 qu'un décret porte création de la Phonothèque nationale, destinée à recevoir le dépôt légal institué treize ans plus tôt. Entre-temps (1928), les Archives de la parole sont devenues musée de la Parole et du Geste. Enfin, en 1963, le dépôt légal est étendu à l'enregistrement magnétique.

La Phonothèque nationale est également un musée de l'enregistrement et de la reproduction sonores (plus de 600 appareils), en même temps qu'un lieu de consultation publique des phonogrammes et un service de documentation phonographique (fichiers à entrées multiples, catalogues). Plus de 150 000 disques différents y sont conservés depuis 1938, en double exemplaire (un pour consultation, un pour archivage), ainsi que 80 000 phonogrammes provenant du musée de la Parole, 40 000 disques 78-tours issus de la discothèque de la Radio, plusieurs milliers de cylindres remontant aux origines, etc.