En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

opéra-ballet

Nicolas Boquet, costume pour les Indes galantes
Nicolas Boquet, costume pour les Indes galantes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Nom donné à une forme particulière de l'opéra français du xviiie siècle. L'opéra-ballet mêle au chant une importante participation chorégraphique, mais diffère essentiellement de l'opéra en ce qu'il n'implique pas d'unité d'action : un prologue y présente un thème général, auquel succèdent des « entrées » exposant chacune une action différente (les âges, les saisons, les éléments, etc.). On fait généralement remonter la création du genre à l'Europe galante de Campra (1697), bien que l'œuvre fût seulement nommée ballet. J.-B. Lully avait, en 1681, sous-titré « ballet en vingt entrées » son Triomphe de l'amour, et le terme « opéra-ballet » apparut en 1688 avec Zéphyr et Flore, sur une musique des deux fils de Lully, puis fut repris par Michel de La Barre (le Triomphe des arts, 1700). Quelle qu'en soit la dénomination exacte ­ ballet héroïque, ballet-opéra, comédie-ballet, etc. ­, on range dans ce genre les œuvres correspondantes de Campra, Mouret, Colin de Blamont, Destouches, Rebel, etc., et surtout Rameau (les Indes galantes, 1735 ; les Fêtes d'Hébé, 1739, etc.). On a, par la suite, appliqué ce terme à diverses œuvres (cf. Armide de Rossini, Padmâvati d'Albert Roussel, etc.), sans définir par là un type précis de genre ou de structures.