En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

kantele

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument de musique à cordes pincées de la famille des psaltérions, cithares et cymbalums, composé d'une caisse de résonance triangulaire en bois sur laquelle étaient tendues à l'origine cinq cordes de crin de cheval ou de cheveu, accordées en pentacorde à tierce mouvante (majeure-mineure).

Perfectionné, il devint de plus en plus gros, comporta un nombre croissant de cordes et disparut pratiquement au cours du xixe siècle pour reparaître au xxe siècle sous une double forme : originale, à 5 ou 8 cordes, et moderne, avec l'adaptation du système d'accord de la harpe celtique et de 12 à 46 cordes. Instrument national finlandais, il existe surtout en Carélie, mais aussi en Estonie (kannel), dans le nord-ouest de la Russie (gusli), en Lituanie (kankles) et en Lettonie (kuokles ou kokle). Son répertoire le destinait surtout à l'accompagnement des récits chantés tirés des vieux textes lyriques du Kanteletar et épiques du Kalevala (par les chamanes-poètes, les runonlaulajat) et, plus tard, à l'accompagnement de la danse.