En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

harpe

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument à cordes pincées, répandu dans le monde entier, sous diverses formes, depuis plusieurs millénaires.

Ses origines se confondent avec celles de la lyre, dont elle ne se distingue tout d'abord que par ses cordes plus nombreuses et sa forme asymétrique, résultant d'une grande différence de longueur entre les cordes graves et les cordes aiguës. La harpe ­ du moins en Occident ­ affecte alors la forme d'un triangle dressé sur sa pointe. Les cordes sont tendues entre un « corps » oblique (la caisse de résonance) et une « console » approximativement horizontale qui supporte les chevilles d'accord, tandis qu'une « colonne » verticale forme le troisième côté. La multiplication des cordes entraînant des dimensions de plus en plus importantes, l'instrument cesse bientôt d'être portatif. On le pose sur une table, puis sur le sol. Mais, comme chaque corde ne produit qu'une note, ses possibilités se limitent, jusqu'à la fin du xvie siècle, à la gamme diatonique ou à des « modes » déterminés. C'est encore le cas de deux instruments folkloriques fort appréciés de nos jours : la « harpe celtique » et la « harpe indienne », toutes deux de petite taille. Peu après, la harpe devient chromatique grâce à deux rangs de cordes, mais c'est à partir de 1660 que des perfectionnements successifs, d'ordre mécanique, aboutissent vers 1720 au « simple mouvement » (Georg Hochbrucker, 1670-1763), actionné par des pédales, qui permet de raccourcir chaque corde pour la porter au demi-ton supérieur. Avec le célèbre facteur Sébastien Érard (1752-1831), qui met au point, vers 1810, la première harpe à double mouvement, la harpe moderne est née : chaque corde donne désormais trois notes sous l'effet de sept pédales, dont chacune élève ou abaisse d'un demi-ton tous les do, tous les ré, tous les mi, etc. La harpe classique actuellement utilisée à l'orchestre possède l'étendue considérable de 6 octaves 1/2. Mais c'est toujours un instrument délicat et coûteux, qui ne comporte pas moins de 1 415 pièces.