En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

durée

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

La durée d'une note (le mot se passe de définition) a toujours été considérée par la théorie classique, avec sa hauteur (dite plus récemment fréquence) et son timbre, comme l'une des composantes essentielles du son musical.

Berlioz a sans doute été le premier à y joindre un quatrième élément, son point d'origine, source de la « stéréophonie ». Dans l'écriture musicale usuelle, la durée d'une note est indiquée, pour une mesure et un tempo déterminés, par la forme ou valeur du signe qui la représente (noire, croche, etc.), et le rythme résulte de la manière dont s'articulent entre elles non seulement les durées, mais aussi et surtout les points d'appui sur lesquelles elles se greffent. On ne peut donc considérer l'agencement des durées comme un élément suffisant pour une définition du rythme, pas plus que la mesure, qui n'en est qu'un découpage parfois arbitraire.