En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

forme cyclique

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme inventé par Vincent d'Indy pour désigner un procédé de composition dont il attribue la découverte à Beethoven et la mise en œuvre à César Franck, et qu'il a contribué lui-même à généraliser.

Le principe du « cyclisme » est d'apparenter entre eux, au moyen d'un ou plusieurs éléments communs, plusieurs thèmes appartenant à des mouvements différents d'une même œuvre, thèmes qui n'en conservent pas moins leur personnalité en restant propres au mouvement auquel ils appartiennent. Dans chaque groupe, le thème exposé en premier est considéré comme un thème générateur ou thème cyclique. Dans la théorie de d'Indy, l'apparentement cyclique peut être poussé très loin : c'est ainsi qu'il considère le thème initial de la Sonate pour violon et piano de Franck comme générateur de celui du final, parce que tous deux commencent par une montée de deux notes suivies d'une descente de cinq notes.

Bien qu'appliqué avec rigueur dans de nombreuses œuvres scholistes, notamment celles de d'Indy lui-même, le principe cyclique a été accueilli hors de cette école avec une certaine réserve. Il n'en répond pas moins à un phénomène extrêmement sensible dans toute la musique de la fin du xixe siècle : recherche des apparentements de thèmes par dérivation les uns des autres.