En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

color

(ital. ; « couleur »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Ce terme peut avoir deux significations, distinctes, mais mal déterminées.

1. À partir du xiie siècle, color s'applique à tout moyen destiné à rendre la musique plus belle. Il s'agit en général d'orner la ligne mélodique, mais une dissonance peut également remplir ce même rôle, tout comme, à titre de citation, l'emploi de mélodies provenant d'autres œuvres. De nos jours, la musicologie, au sujet du motet polyphonique des xive et xve siècles, emploie color pour parler de la répétition d'une cellule mélodique (la répétition d'une cellule rythmique étant appelée talea).

2. Procédé de notation qui utilise des teintes différentes pour colorer les notes, ce qui modifie le rythme à la lecture. Dans les manuscrits du xive siècle, on trouve des notes rouges à la place des notes noires ; une note colorée prend une valeur moindre. Au cours du siècle, ces notes noires sont à leur tour évidées (avènement du papier) et les nouvelles blanches deviennent les valeurs les plus fréquentes ; une note noire est désormais considérée comme colorée.

Les notes colorées peuvent aussi être la marque du cantus firmus. En revanche, au xvie siècle, le color, utilisé dans les chansons et madrigaux, n'a plus de signification rythmique et se réfère au sens du texte littéraire.