En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

caccia

(ital. ; « chasse »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Forme vocale prisée par les compositeurs de l'Ars nova florentin (Gherardello, Landini) au xive siècle et par ses disciples (J. da Bologna, N. da Perugia).

Deux parties vocales, généralement assez ornées, se déroulent en canon au-dessus d'une teneur instrumentale. La forme s'est répandue à Florence en même temps que le madrigal (il n'y a pas de rapport avec le madrigal du xvie siècle). Le texte poétique de la caccia évoque le plus souvent des scènes de chasse en les parsemant de cris (Feu ! feu ! ; Au secours !, etc.) et d'effets descriptifs. Par exemple, le Codex Squarcialupi (xve s.), manuscrit d'une beauté impressionnante, contient entre autres des caccie (Gherardello, Tosto che l'alba).

Le mot caccia est également employé pour préciser le caractère de certains instruments de l'époque baroque (hautbois da caccia, cor da caccia) auxquels Bach, pour ne citer que lui, a fait appel dans ses cantates.