En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

buffet d'orgue

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Meuble entourant et contenant la soufflerie, la mécanique et la tuyauterie d'un orgue, à l'exception du moteur électrique de la soufflerie, qu'on cherche à isoler acoustiquement en le plaçant dans un local séparé.

Le rôle du buffet est de masquer par un décor les organes de l'instrument, mais aussi, par le jeu de ses panneaux réflecteurs, d'améliorer la diffusion sonore des tuyaux qu'il renferme. Au cours des siècles, et selon les pays, la forme, la dimension et l'exécution des buffets d'orgue ont connu bien des variantes, qui en rattachent l'évolution à celle du mobilier religieux et des arts décoratifs : buffets simples ou doubles (le petit buffet de positif, à l'avant de la tribune, étant la réplique réduite du buffet principal, dit de grand-orgue), buffets à étages superposés (grands instruments), buffets en plusieurs éléments séparés (orgues baroques allemands), buffets plats (Italie) ou faisant alterner tourelles et plates-faces (France), buffets en nid d'hirondelle accrochés à la muraille, buffets à plusieurs façades différemment orientées (Espagne), etc.

Meuble décoratif, le buffet d'orgue met en valeur certains tuyaux présentés en « montre », parfois décorés, dorés ou guillochés (par exemple, les chamades, caractéristiques de l'orgue espagnol) ; certains (quand ce n'est pas tous) sont factices et ne se justifient que pour le seul coup d'œil. Le buffet d'orgue est orné de panneaux sculptés, de cariatides, de statues (anges musiciens), parfois même d'automates. Jusqu'au xviie siècle, le buffet est protégé par des volets peints qu'on ouvre avant de jouer. Suivant l'évolution du goût, le buffet d'orgue devient au xixe siècle un meuble de style néogothique ou néo-Renaissance sans caractère personnel.

Au xxe siècle, le parti pris de dépouillement et de stylisation a conduit à ne garder du buffet qu'un soubassement, la disposition des tuyaux apparents constituant le principal élément décoratif. Mais l'absence de panneaux et de toit réfléchissants nuit à l'acoustique, et on en revient, en Allemagne et en Hollande notamment, à placer la tuyauterie dans des caissons de bois traités de façon moderne.