En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

alto

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument à cordes

De même que le violon, l'alto est issu de la famille des violes de bras. On trouve la trace de cette origine (viola da braccio) dans les appellations italienne (viola) et allemande (Bratsche) de l'alto.

L'alto est comme un violon fidèlement agrandi ; la forme et les matériaux en sont parfaitement identiques. L'alto mesure en moyenne 67 cm de long ; son archet est plus court et plus lourd que celui du violon. Ses quatre cordes sont accordées une quinte plus bas que celles du violon,

ce qui fait que ses trois cordes les plus aiguës sont accordées sur les mêmes notes que les trois cordes les plus graves du violon. L'alto se tient de la même façon que le violon. Sa musique est écrite en clé d'ut 3e ligne. Sa technique est sensiblement la même que celle du violon, avec un mécanisme un peu moins agile, en raison de l'écart plus grand entre les doigts et du poids de l'archet.

Jusqu'au xixe siècle, l'alto fait souvent figure de parent pauvre du violon ; il est généralement joué par des violonistes médiocres, et c'est pourquoi on évite de lui confier des parties importantes. Bach, pourtant, aime à tenir la partie d'alto dans des exécutions, et, au xviiie siècle, quelques compositeurs s'intéressent déjà à l'instrument : Telemann, Bodin de Boismortier, Carl Stamitz, Michael Haydn, Dittersdorf, Cambini, Campagnoli. Mais c'est surtout Mozart qui enrichit la littérature pour alto avec des duos pour violon et alto et la symphonie concertante pour violon et alto (KV 364). Au xixe siècle, de grands solistes, comme Paganini (violoniste, mais aussi altiste), achèvent de donner à l'alto sa vraie place. Outre les œuvres de Spohr, Joachim et Vieux temps, citons Harold en Italie de Berlioz, « symphonie avec alto principal », écrite à la demande de Paganini. Schumann compose ses Märchenbilder op. 113 pour alto, et Brahms est l'auteur de deux sonates op. 120. Au xxe siècle, nombre de compositeurs écrivent pour l'alto : Reger, Kœchlin, Bartók (1 concerto pour alto), Hindemith, altiste lui-même (1 concerto ; 5 sonates pour alto et piano), Milhaud (2 concertos ; 2 sonates), Enesco, Ropartz, Kodály, Walton, Britten, Copland, Martinů. Plus près de nous, citons encore Bancquart (Écorces I pour violon et alto) et Berio (Sequenza VI pour alto solo).

Parmi les ouvrages pédagogiques, nous mentionnerons ceux de Bruni, Woldemar, Joseph Vimeux, Dancla, Th. Laforge, Maurice Vieux, Léon Pascal, M.-T. Chailley, C. Lequien, E. Ginot et G. Massias.

Instrument à vent

de la famille des cuivres, occupant dans le groupe des saxhorns la place intermédiaire entre le grand bugle et le baryton. Construit en mi bémol, il sonne à l'octave inférieure du petit bugle, et sa morphologie est celle du baryton et de la basse, pavillon dirigé vers le haut. Il est très apprécié dans les formations d'amateurs pour sa tessiture moyenne et sa facilité d'émission.