En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giaches de Wert ou Jaches de Wert

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur flamand (Anvers 1535 – Mantoue 1596).

Sa vie musicale commence, semble-t-il, à Avellino, près de Naples où, très jeune, il est envoyé pour devenir enfant de chœur chez la marquise della Padulla. En 1561, il se trouve à Parme, une étape importante, puisqu'il s'y instruit auprès de Cipriano de Rore, le père du madrigal dramatique. Ensuite, après un séjour à Milan, Wert s'installe à Mantoue, nommé maître de chapelle de Santa Barbara en même temps que maître de chapelle à la cour du duc Guglielmo Gonzaga. Là, il compose des messes, des motets, des magnificat, un grand nombre de madrigaux (onze livres sont publiés à Venise entre 1558 et 1595), des musiques de circonstance, de fêtes (malheureusement perdues). Monteverdi arrive à Mantoue en 1589 et joue de la viole dans l'orchestre que dirige Wert. Gastoldi compte alors parmi les assistants du maître flamand. À sa mort, Wert est remplacé à la cour de Mantoue non pas par Monteverdi, mais par l'habile Benedetto Pallavicino (que Claudio jugeait tout juste « capable »). Gastoldi est nommé maître de chapelle à Santa-Barbara. Giaches de Wert a sans doute influencé le jeune Monteverdi, notamment dans le domaine de la seconda prattica encore à ses débuts.

Ensemble ils ont pu apprécier les voix merveilleuses des trois dames de Ferrare qui ont inspiré un bon nombre des madrigaux de Wert dont, par exemple, Vezzosi Augelli, où le compositeur agrémente un texte du Tasse de vocalises melliflues et d'une polyphonie aérée.