En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Andreas Werckmeister

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste, compositeur et théoricien allemand (Benneckenstein 1645 – Halberstadt 1706).

Issu d'une famille de musiciens, il devint organiste en plusieurs localités et finalement à Halberstadt (1692), où il demeura jusqu'à sa mort, assurant également l'inspection des orgues de la principauté. Il a laissé quelques compositions pour son instrument, ainsi que pour violon et basse continue. Mais s'il est passé à la postérité, c'est par son œuvre de théoricien, qui fit sa célébrité de son vivant même. Il a publié plus de dix volumes d'écrits qui touchent aux divers domaines de la composition musicale et de l'organologie, et montrent l'étendue de ses connaissances. En matière de composition, il faut mentionner principalement Die nothwendigsten Anmerckungen und Regeln, wie der Bassus continuus oder General-Bass könne tractiren werden (traité de la basse continue, Aschersleben, 1698) et Harmonologia musica (Francfort et Leipzig, 1702, dans lequel il développe une théorie sur le renversement des accords). La plupart de ses autres ouvrages ont trait à la facture d'orgue (Orgel-Probe, Francfort et Leipzig, 1681, réédité et augmenté en Erweiterte und verbessene Orgel-Probe, Francfort et Leipzig, 1698 ; Organum Gruningense redivivum, étude sur l'orgue ancien à partir de l'instrument de Groningen, Quedlinburg et Aschersleben, 1705). Mais le domaine dans lequel Werckmeister exerça la plus grande influence est celui de l'acoustique et de l'accord des instruments à clavier. Pour résoudre les problèmes de division de la gamme en intervalles aussi peu dissemblables que possible, il proposa plusieurs systèmes de tempérament dans son ouvrage Musicalische Temperatur (Francfort et Leipzig, 1686-87), et alla plus loin sur la voie d'un tempérament égal dans Hypomnemata musica (Quedlinburg, 1697). Il est plus que vraisemblable que Bach ait eu connaissance des ouvrages de Werckmeister, au moins par son ami et parent Walther, son collègue à Weimar, qui avait été peu de temps auparavant (1704) l'élève de Werckmeister à Halberstadt. Le Clavier bien tempéré, dont le premier volume a été achevé en 1722, est la démonstration musicale du bien-fondé des théories de Werckmeister, non pas sur un tempérament rigoureusement égal, qui n'était pas encore connu, mais bien, comme l'indique son titre, sur un bon tempérament, permettant à la fois de jouer et de moduler dans tous les tons tout en préservant le caractère individuel propre à chacun des tons.