En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Weigl

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de musiciens autrichiens.

Joseph, violoncelliste (Bavière 1740 – Vienne 1820). Engagé en même temps que Haydn (qui écrivit pour lui son Concerto pour violoncelle en ut Hob. VIIb.1) par le prince Esterházy en 1761, il occupa son poste jusqu'en 1769, puis devint premier violoncelle au théâtre de la Porte-de-Carinthie à Vienne. En 1792, il entra dans la chapelle impériale.

Joseph, compositeur et chef d'orchestre (Eisenstadt 1766 – Vienne 1846). Fils du précédent et filleul de Haydn, il étudia à Vienne avec Salieri, qui l'introduisit dans les milieux du théâtre (il fit répéter et dirigea les Noces de Figaro et Don Giovanni de Mozart, puis participa aux répétitions de Così fan tutte). Maître de chapelle et compositeur des théâtres de la cour en 1792, il obtint son premier succès en 1794 avec La Principessa d'Amalfi. Suivirent de nombreux opéras italiens et de nombreux singspiels, parmi lesquels surtout Das Waisenhaus (1808) et Die Schweizerfamilie (Robinson suisse, 1809). De 1827 à 1838, il fut vice-maître de chapelle impérial. Il écrivit aussi de la musique sacrée, ainsi que deux autobiographies demeurées manuscrites.

Thaddäus, compositeur, chef d'orchestre et éditeur, (Vienne ? 1776 – Vienne 1844). Frère du précédent, il fonda sa maison d'édition en 1803. À la suite d'une faillite en 1831, elle fut reprise par Diabelli et Artaria.