En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir William Walton

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur anglais (Oldham 1902 – Ischia 1983).

Il étudia à Oxford, et s'imposa par un quatuor à cordes joué au Festival de la S. I. M. C. à Salzbourg en 1923 et immédiatement retiré par lui, et surtout par Façade pour récitant et six instruments sur un texte d'Edith Sitwell (1921-22, rév. 1923 et 1942), et par l'ouverture pour orchestre Portsmouth Point (1925). Il apparut alors comme une sorte de pendant anglais des membres du groupe des Six.

Suivirent notamment un Concerto pour alto (1928), créé par Hindemith, l'oratorio Belshazzar's Feast (1930-31), la Symphonie no 1 en si bémol mineur (1934-35), et un Concerto pour violon (1938), commandé par Heifetz. Citons aussi la marche Crown Imperial, pour le couronnement de George VI, ainsi que plusieurs musiques de film dont celles pour Henry V (1943-44), Hamlet (1947) et Richard III (1955) de Laurence Olivier.

Après la guerre, il écrivit entre autres un Quatuor à cordes en la mineur (1945-1947), les opéras Troilus and Cressida, sur un livret de Christopher Hassall d'après Shakespeare (Londres, 1954), et The Bear, d'après Tchekhov (Aldeburgh, 1967), Coronation Te Deum, pour le couronnement d'Élisabeth II (1952-53), un Concerto pour violoncelle destiné à Piatigorski (1956), une Symphonie no 2 (1959-60), Variations sur un thème de Hindemith (1962-63), Improvisations sur un Impromptu de Benjamin Britten (1969) et Prologo e Fantasia (1981-82) pour orchestre. Il joua un rôle non négligeable dans la renaissance musicale de l'Angleterre au xxe siècle.