En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferdinand, comte von Waldstein

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Mécène et compositeur germano-tchèque (Dux [Duchov], Bohême, 1762 – Vienne 1823).

Arrivé à la cour du prince-Électeur de Cologne à Bonn en janvier 1788, il fut reçu dans l'Ordre teutonique en juin, et se lia d'amitié avec le jeune Beethoven. En 1791, le Ritter ballet (Wo01) de Beethoven fut attribué dans un compte rendu de la cour à Waldstein lui-même, qui peut-être en avait composé certains thèmes. Lors du départ de Beethoven pour Vienne en novembre 1792, c'est Waldstein qui écrivit sur son carnet la fameuse phrase : « Par une application incessante, recevez l'esprit de Mozart des mains de Haydn ». Une douzaine d'années plus tard, Beethoven dédia à Waldstein sa Sonate pour piano no 21 en ut majeur op. 53, composée pour l'essentiel début 1804 et parue à Vienne au Bureau des arts et d'industrie en mai 1805.