En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cosima Wagner

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Seconde épouse de Richard Wagner (Bellagio 1837 – Bayreuth 1930).

Fille de Franz Liszt et de la comtesse d'Agoult, elle épousa le pianiste-chef d'orchestre Hans von Bülow, élève de son père et protégé de Wagner, à l'âge de dix-neuf ans : mariage sans passion dont les liens volèrent en éclats dès les premières rencontres avec Wagner, alors exilé en Suisse.

Avec courage et orgueil, Cosima accepta toutes les conséquences de cet « amour fatal » qui la liait au compositeur. Leurs trois enfants virent tous le jour avant le divorce d'avec Bülow, prononcé en 1870 : Isolde, Eva, qui épousera H. S. Chamberlain (auteur des Fondements du xixe siècle, ouvrage pangermaniste, il fut pendant longtemps, avec l'assentiment de Cosima, le coordinateur de l'exégèse wagnérienne), et Siegfried.

En cette même année 1870, Richard et Cosima, qui vivaient ensemble à Tribschen depuis 1868, régularisèrent une situation qui faisait des gorges chaudes à Munich (où Bülow exerçait ses fonctions de chef d'orchestre) et fut l'une des raisons du bannissement de Wagner (1866). Dès lors Cosima ne vécut plus que pour son dieu, dont elle accompagna la création d'un amour inquiet et volontaire, puis qu'elle protégea de son mieux, à Wahnfried, des tracas du monde extérieur, enfouissant au plus profond de son Journal l'expiation du tort fait à Bülow.

En 1883, elle songea un moment à accompagner Wagner dans la mort, puis décida d'assumer pleinement l'héritage de Bayreuth, qu'elle transmit en 1907 à son fils Siegfried.